Découverte : Eddo

L’EDDO

C’est le nom de l’aliment que j’ai découvert cette semaine et que je vais vous faire découvrir à votre tour. Un nom bizarre n’est-ce pas ? Et attendez de voir l’aspect de la bête :

Kézako ?

L’Eddo, ou eddoe est une variété de Taro (pas le jeu de cartes non …) ou Colocasia esculenta, Parce qu’un seul nom ne suffit pas !

C’est une plante qui pousse dans les régions tropicales et qu’on cultive le plus souvent pour sont tubercule, mais aussi parfois pour ses feuilles qui se consomment comme des épinards.

Mais c’est bien du tubercule que je vais vous parler aujourd’hui ! Il est de petite taille, comme une pomme de terre et recouvert d’une écorce écailleuse et de quelques « poils ».

Y’a quoi là dedans ?

Le taro étant de la famille des tubercules, il est riche en amidons. On compte environ 25% de glucides. Le reste des nutriments étant répartis comme suit :

  • Lipides : 0,3%
  • Protéines : 1,5%
  • Fibres : 2,6%

Le tout pour 110 Kcal !

Il contient quelques micro-nutriments en quantités moyennes, et est riche en potassium : environ 600mg pour 100g

Attention à  l’oxalate de calcium, une substance irritante et toxique, pouvant entraîner des calculs rénaux. Il est donc indispensable de cuire les eddos avant de les consommer !

Comment le préparer ?

Pour commencer, il est préférable de le cuire avec la peau, car celle-ci est collante crue, et s’enlèvera mieux après cuisson. Rien de plus simple, plongez les eddos dans de l’eau bouillante comme des pommes de terre, et vérifiez la cuisson en enfonçant un couteau à l’intérieur.

J’ai préparé 3 recettes différentes afin de tester tous les aspect de cet aliment :

Purée d’eddo

J’ai simplement écrasé l’eddo avec une fourchette avant d’y ajouter un peu de lait de riz et de poivre. La texture se prête bien à ce genre de préparation et la purée était très onctueuse 😊

Eddo farci

Comme une pomme de terre au four, j’ai coupé l’eddo en deux dans sa longueur (un peu trop d’ailleurs ^^) et j’ai ajouté une sauce au basilic violet, huile d’olive, ail et noix de cajou.

Eddo sauté

Après la cuisson à l’eau, j’ai taillé l’eddo en rondelle est je l’ai fait doré à la poêle avec de l’huile d’olive. J’ai ajouté ensuite de la ciboule. L’eddo était légèrement craquant en surface mais restait fondant à l’intérieur 😊

Oui mais est-ce que c’est bon ?

Bof ! La texture est très fondante et aérée, mais le goût est très peu prononcé (pour ne pas dire absent). Cela me fait penser un peu à l’Igname. Rien de bien extraordinaire donc. Néanmoins cette texture particulière peut se prêter à toute sortes de recettes, salées ou sucrées 😉

Pour conclure,

je dirais que l’Eddo n’est pas un indispensable de ma cuisine ^^ Le découvrir et le goûter a été une expérience intéressante, mais je ne pense pas en racheter. Son manque de goût en est la principale raison, je préfère nettement la patate douce !

Mais peut être que cet article vous aura donné envie à vous d’en acheter 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *